Select a page

nov 18th

Méditation du 3e mercredi de confinement

Posted by with 1 Comment

 

Lundi, je me suis réveillée fatiguée. Pas envie de sortir du lit. Pas envie de commencer une journée grise sans voir personne. Et puis, évidemment, la prière aidant, je me lève. Je descends et je regarde mon téléphone personnel. Il y a souvent des messages sur Whatsapp, j’ai de la famille en Californie, 9 heures de décalage horaire. Et là, on me relaie la nouvelle publicité de l’Etat fédéral allemand. Un vieux monsieur raconte son expérience de guerre. Avec une musique de fond appropriée, il raconte : en 2020, il était jeune, étudiant, il allait à la fac, il sortait, faisait du sport, voyageait, et tout à coup, la deuxième vague. Tout le monde a dû faire sa part. Les temps étaient durs, durs. Sa génération a dû faire le sacrifice de sa jeunesse, ils sont devenus des héros. Et le sacrifice de cette génération a été… de ne rien faire, de se vautrer dans son canapé à boire des bières en regardant la télé ou en jouant aux jeux vidéo. Et la guerre que ce monsieur a menée et gagnée est bien entendu celle contre le covid. Qui a dit que les Allemands manquaient d’humour ? Cette vidéo, calquée sur d’autres relatant de vrais souvenirs de vraies guerres venait à point nommé pour moi et je pense qu’elle vient à point nommé pour tous. Relativisons nos difficultés. Certes, c’est difficile de se retrouver seuls, inquiets pour notre avenir économique. Mais cela n’a rien à voir avec la guerre des tranchées !

Puis, au cours de la journée, j’ai reçu un beau coloriage d’un enfant de l’école biblique, une demande de baptême d’une ancienne catéchumène, j’ai reçu 3 contributions pour le calendrier de l’Avent…

Parfois, nous n’avons pas envie de nous lever. C’est normal. Mais restons attentifs aux bienfaits de Dieu. Comptons tout ce que nous recevons. S’il fait gris dehors, cela me donne moins envie de marcher dans les bois. Si Gaspard m’a envoyé un dessin, c’est que des parents ont bien découvert le parcours que nous avons préparé pour eux et leurs enfants. Si cette jeune fille demande le baptême, c’est peut-être que certaines graines semées ont levé. Et c’est vrai, plus que vrai, vivre loin des autres, c’est dur. Les câlins de mes petits-enfants me manquent. Mais ce n’est rien comparé à ce que mon grand-père a vécu à Verdun. Ce n’est rien comparé aux angoisses de ma grand-mère quand mon autre grand-père conduisait des prisonniers échappés en zone libre…

Bien sûr que certains sont touchés de plein fouet. Mais ce n’est pas le cas de la plupart d’entre-nous. Et, de manière assez révélatrice, ceux qui sont en colère, ceux qui critiquent le plus ne sont pas fortement touchés par les effets de la pandémie.

Quand Dieu donne le choix entre la vie et le bonheur, la mort et le malheur, il nous encourage : « Choisis la vie (Deutéronome 30, 10) ». Cette vie, ce n’est pas respirer et se plaindre ! La vie que Dieu veut pour nous, c’est une vie qui nous remplit de sa présence, une vie dans laquelle nous sommes heureux de déceler sa présence, de compter ses bienfaits ; ce n’est pas toujours facile, mais cela en vaut la peine à chaque fois.
Choisissons la vie !

Pasteur Anne Petit

What do you want to do ?

New mail

  1. AOUN MASSON
    18/11/2020 at 11 h 37 min

    Merci Anne pour cette ode à la vie même dans des temps d’incertitude, de doute, de remise en question. La vie, l’amour et la santé sont des biens précieux qui méritent qu’on reprenne conscience et qu’on retrouve le sourire.

    Reply

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*