Vie de l'Eglise

oct 26th

La liturgie comme respiration du culte

Posted by with No Comments

 

La liturgie permet de donner un sens notre culte. Elle y insuffle un mouvement et nous fait vivre un dialogue à la fois personnel et communautaire avec le Seigneur. Voyons donc comme ce dialogue se déploie. Je vous propose d’examiner la liturgie non pas telle qu’elle est mise en pratique dans notre paroisse, mais telle qu’elle prend pleinement sens théologiquement.

Le culte commence par l’annonce de la grâce que le Seigneur nous fait. C’est lui qui a la parole. Puis, la louange est réponse communautaire de l’assemblée. Nous remercions Dieu pour son amour et sa fidélité.

Ayant entendu nos louanges, Dieu nous rappelle sa loi. C’est le temps de la volonté de Dieu qui nous est exprimée par des textes bibliques.

Cependant, nous nous rendons à l’évidence en écoutant ce que Dieu veut pour nous que bien souvent, nous n’arrivons pas à suivre le chemin qu’il nous désigne. C’est la repentance ou confession du péché. Ce péché n’est pas une liste de manquement mais l’admission que nous n’arrivons pas à vivre de l’amour que Dieu nous donne. Cette confession du péché est à la fois communautaire et personnelle. Chacun de nous et tous ensemble pouvons reconnaître notre incapacité à nous tenir en relation avec Dieu.

La réponse de Dieu à la repentance est une parole de pardon. Ce moment liturgique n’est pas prière, mais comme l’annonce de la grâce, elle est proclamation. Nous n’avons pas à demander ce pardon, il nous est accordé. De même que la confession du péché, la déclaration du pardon s’adresse à chacun de nous et à tous réunis.

La prière d’illumination est une demande d’aide faite à Dieu. Pour que les paroles de la Bible et la prédication fassent sens dans nos vies, nous avons besoin de l’aide de l’Esprit Saint. Ce dernier va nous guider individuellement dans ce chemin d’écoute et d’appropriation.

Le moment central du culte est ce qu’on appelle « la liturgie de la Parole », composée de la lecture de la Bible, de la prédication, suivie de la confession de foi et de la Cène les jours où elle est célébrée.

L’écoute de la Bible et de la prédication sont les moments où ce qui est reçu n’est plus communautaire, mais personnel. Chacun entend la prédication de manière bien différente puisque chacun l’entend avec son vécu, ses préoccupations du moment. Il est parfois surprenant pour le pasteur de constater que certains ont même entendu des choses qui n’ont pas été dites. La parole nous touche dans l’intime de nos vies. Certes, nous sommes réunis dans la même salle de culte, mais chacun reçoit une parole pour sa vie.
La confession de foi qui suit marque que cette foi naît de l’écoute de la Parole. Christ s’est rendu présent à travers la prédication et nous acceptons par cette confession l’appel qu’il nous a adressé. La confession de foi est à nouveau à la fois personnelle et communautaire. La liturgie ouvre progressivement chacun au monde. La cène, Parole visible, est elle-aussi ouverture communautaire. Par le don qui nous est fait de la présence du Seigneur, nous sommes affermis dans notre foi, certes individuellement, mais aussi en communauté. En effet, la communion ne se vit pas simplement chacun avec son Seigneur, mais aussi les uns avec les autres, comme le montre le cercle que nous formons autour de la table, le plat et la coupe que nous échangeons.

L’ouverture au monde se poursuit avec les annonces : ouverture à l’ensemble de la paroisse, mais aussi aux paroisses voisines, aux événements régionaux. L’offrande est ouverture à notre Église unie puisque nos dons constituent ce qui la fait vivre.
L’intercession nous permet de nous tourner vers l’humanité entière, croyants et incroyants réunis, que nous remettons à la grâce et à l’amour de Dieu.

Enfin, l’exhortation et la bénédiction nous envoie dans le monde pour vivre notre foi au milieu des autres.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*