Vie de l'Eglise

sept 15th

méditation: commencements

Posted by with No Comments

 

La Bible débute par ces mots : « au commencement ». Au commencement, bien sûr, le poème proclame que Dieu a créé les cieux et la terre. Mais surtout, qu’il a mis de l’ordre dans le désordre, le tohu-bohu.

L’acte créateur de Dieu n’est pas de créer l’univers, mais d’y mettre de la lumière et de l’ordre.

Nous pourrions considérer que c’est fait, que le commencement est loin, très loin derrière nous. Cependant, nous savons bien que nos vies sont faites de commencements. Grands commencements : naissance, premier jour d’école, premier emploi, premier amour, premier enfant, première rencontre avec Dieu…
Il y a aussi les petits commencements : début d’un nouvel emploi, début des vacances, début de convalescence après une opération. Si on prend suffisamment de recul, chaque jour est un nouveau commencement et nous pouvons le vivre dans l’ordre ou subir le chaos, courant d’une tâche à l’autre.
En ces jours de rentrée scolaire, donc de commencement de l’année, il me semble bon de poser la question : « Y a-t-il de l’ordre dans nos vies ? ». La réponse peut être tout d’abord individuelle, et elle vous appartient, à chacun de vous.
Cependant, la question que je pose aujourd’hui est plus collective. Comment vivons-nous aujourd’hui, dans notre société française du premier quart du 21e siècle ? Nos vies sont-elles ordonnées conformément au désir de Dieu pour nous ? Nous savons bien que non, et dans un sens c’est « normal ». Nous sommes humains et peinons, malgré notre foi, à vivre ce que Dieu désire pour nous, une vie d’harmonie les uns avec les autres, dans la solidarité et le partage, une vie en harmonie avec le reste de la création.
Il est des manquements qui sont rattrapables, d’autres qui ne le sont pas.

En ce mois qui est pour les Eglises chrétiennes le mois de la création, interrogeons-nous : vivons-nous dans l’ordre et l’harmonie ou le chaos ? Le climat change, il a déjà changé de manière irréversible du fait de l’action humaine. C’est là une réalité. Le désordre engendré par les activités humaines incontrôlées nous menace directement. Pourtant, nous fermons les yeux, ou nous nous inquiétons pour la forme.

Croyants et non- croyants sont placés à la même enseigne. Cependant, les croyants devraient se souvenir qu’ils ne sont pas des dieux et que le seul dieu de l’univers n’est pas l’argent, mais le Seigneur Dieu. Et si ce dernier a confié la terre à l’humain, c’est pour qu’il la garde et qu’il se comporte avec le reste de la création comme le bon roi qui est prêt à mourir pour ses sujets, non pas pour qu’il s’en serve jusqu’à épuisement.

En ce mois de la création, je nous invite à redécouvrir la richesse de cette notion de création biblique : chaque commencement est appelé à être placé sous le regard et la grâce de Dieu. Il n’y a pas un unique commencement qui nous dispenserait de nous préoccuper de la création, du monde que Dieu trouve « très bon » et qu’il aime, en dépit de l’humanité qui l’a asservi. Que ce mois de septembre soit un commencement pour chacun de nous. Je vous propose de décider, chacun pour soi et devant Dieu, le geste qu’il ou elle peut décider pour rétablir un peu d’harmonie entre les humains et le monde qui les nourrit, geste qui nous rapprochera aussi du projet de Dieu pour l’humanité.

Pasteur Anne Petit

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*