Vie de l'Eglise

déc 22nd

méditation: l’accueil et le don

Posted by with No Comments

 

Voici les deux sujets de préoccupations qui ont accaparé notre temps en Eglise ces derniers mois. Le premier s’est insinué dans nos paroisses avec la campagne nationale « Liberté, égalité, fraternité : exilés, l’accueil d’abord. » Le second découle de l’état des finances ordinaires qui font vivre notre paroisse et de notre besoin de ressources supplémentaires pour réaliser les travaux au temple.
Ces deux thèmes sont omniprésents dans les récits évangéliques. S’ils sont parfois dissociés, ils sont souvent conjoints dans la narration biblique, en particulier dans le récit de Noël tel que nous le raconte l’évangéliste Luc. Joseph et Marie arrivent à Bethlehem et ne trouve pas de place à l’auberge. Que pouvait faire l’aubergiste ? Pas grand-chose, puisque son auberge était pleine. Pourtant, une solution a été trouvé pour ces voyageurs en détresse. Certes, une étable, ce n’est pas grand-chose. Mais une étable, c’est l’assurance d’un toit, de la chaleur des bêtes et de l’intimité requise à une naissance. Lorsque nous prétendons ne pas pouvoir accueillir ceux que la guerre ou la faim conduisent chez nous, avons-nous fait le tour de nos possibilités ? Parfois, l’équivalent d’une étable – donner ce que l’on peut-  suffit pour permettre à ceux qui n’ont rien de reprendre des forces pour poursuivre leur chemin.

Le don, dans cette histoire, c’est bien entendu le Christ, l’enfant qui nait pour sauver l’humanité de toutes ses prisons. C’est l’homme de Nazareth qui enseigne, relève, accueille sans juger. C’est le condamné sur la croix, qui meurt d’avoir annoncé l’amour de Dieu. C’est le Seigneur ressuscité qui nous accompagne jusqu’à la fin du monde.

Accueil et don : dans quel sens faut-il les comprendre ? Donnons-nous à l’Eglise et à ceux qui en ont besoin parce que Dieu nous a accueillis, comme Zachée que Jésus visite à Jéricho ? Recevons-nous le don de Dieu parce que nous avons accueilli celui qui frappe à notre porte comme Abraham a accueilli les trois visiteurs qui lui ont ensuite annoncé la naissance d’Isaac ? Ou encore sommes-nous accueillis par le Seigneur qui nous donne son amour et son pardon ?

Il me semble qu’il est impossible d’établir un ordre logique entre ces deux notions évangéliques. Certes, au commencement, Dieu s’avance vers nous. Mais sur le chemin que nous essayons de suivre, nous vivons tantôt, comme Zachée, l’incroyable grâce de la présence du Christ qui nous conduit à des gestes de partage et de reconnaissance, tantôt nous recevons la bénédiction qui accompagne nos gestes spontanés d’accueil, d’aide et de compassion. La Bible nous enseigne que le don et l’accueil engendrent la bénédiction de Dieu ou en sont les fruits, sources d’une grande joie. Donner et partager ce que l’on a, ce n’est pas un commandement, c’est une joie : joie de partager l’amour du Seigneur, joie d’avancer sur le chemin du Royaume, éclairés à la fois par la lumière de Noël et celle de la Résurrection.

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*