Vie de l'Eglise

mai 7th

Méditation: quelle place pour les enfants dans nos cultes?

Posted by with No Comments

Qu’est-ce que l’Église ? Nous les protestants, nous savons répondre à cette question : l’Église n’est pas un lieu, c’est un événement : lorsque nous sommes réunis pour louer le Seigneur, entendre la prédication de la Parole et vivre les sacrements, l’Église advient. Mais il faut bien admettre que cela ne suffit pas. Il faut une organisation, une structure pour que cet événement puisse advenir. Il est un constat que peu de personnes sont amenées à faire de manière régulière: dans notre Église protestante unie, il y a quantité de modèles de fonctionnement, et tous sont en adéquation avec les besoins et les contraintes des lieux. Prenons l’exemple de la présence d’enfants au culte.

Sans faire de recensement exhaustif, nous découvrons que certaines grandes paroisses parisiennes fonctionnent de manière très traditionnelle. Le culte pour les adultes, avec une prédication bien intellectuelle, rythme la semaine. Les activités des enfants sont bien distinctes.

D’autres paroisses de ville célèbrent deux cultes par dimanche : un le matin, pour les gens « sérieux », un le soir pour les familles et les jeunes. La prédication est la même, mais le soir, la liturgie est allégée.

Certaines réussissent à réunir les activités des enfants un samedi par mois et le lendemain, tout le monde, des plus petits aux plus âgés assistent à un culte suivi d’un repas.

Dans tous ces lieux, la garderie pour les petits fonctionne tous les dimanches. Dans tous ces lieux aussi, une fois par mois, un culte est ouvert officiellement aux enfants…même si, du côté de l’étoile, c’est un culte aménagé en parallèle du culte pour les adultes.

Dans certaines campagnes isolées, les cultes tournent d’un temple à l’autre. Le pasteur fait des kilomètres pour animer des lieux où une poignée de personnes se lamentent sur les beaux jours passés où les temples étaient pleins. Il ne s’y pose pas la question des enfants et des familles parce qu’il n’y en a plus. Il faut dire que souvent il n’y a plus de familles du tout dans ces régions.

Ici, à Rambouillet, nous sommes dans la position intermédiaire entre les grandes villes et les campagnes dépeuplées. Nous ne pouvons pas organiser les activités des enfants le samedi et les accueillir le lendemain au culte. Cela ferait trop de déplacements pour beaucoup de parents. Or, savez-vous que cette contrainte matérielle est en réalité une bénédiction ? Quand j’explique à des collègues ou à des conseillers d’autres paroisses ce que nous vivons une fois par mois, je vois bien que cela les interroge et même que cela leur donne envie. Nous n’accueillons pas des enfants, nous accueillons des familles. Nos repas ces jours-là comptent au moins quarante personnes. La plupart des parents restent jusqu’à l’heure du départ.

Chez nous, il n’y a pas de garderie. Et c’est une bénédiction. Les parents partagent le moment du culte avec leurs enfants. Ces derniers sont pleinement accueillis, ils ne sont pas relégués dans un coin pour que les adultes soient tranquilles. Ces enfants vivent l’Église, avant même de pouvoir le comprendre. Ils en seront marqués toute leur vie. Ne dit-on pas que les trois premières années de l’existence sont les plus importantes pour un bon développement par la suite ? Le pasteur n’est pas quelqu’un qu’on voit de loin jusqu’au moment où on commence la dernière année de catéchisme. La communauté est présente autour de tous. Bref, nous vivons l’Église différemment de ces grandes paroisses, faute de choix, mais nous en sommes heureux. Prenons un moment pour réfléchir : où Jésus voudrait-il voir les enfants ? Dans la pièce du fond à la garderie ou au milieu de tous ceux qui louent le Seigneur ?

Certes, certains d’entre vous se trouvent dérangés par le bruit pourtant bien relatif que font ces petits.  Qu’ils se rassurent. Quelle que soit l’étendue des travaux que nous allons réaliser dans le temple, la pose d’une porte vitrée insonorisée à la place de la porte actuelle est prioritaire.

Alors, réjouissons-nous tous de pouvoir louer ensemble le Seigneur, petits et grands assemblés, tous accueillis et accueillants tour à tour mais toujours invités et appelés par le même Seigneur.

 

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*