Vie de l'Eglise

nov 14th

Méditation sur la fête

Posted by with No Comments

31 octobre 2017 : savons-nous faire la fête ?

Savons-nous faire la fête ? Je reviens du plus grand événement protestant de l’année en France, Protestants en fête à Strasbourg. Le thème en étais « qu’as-tu fait de ton frère » et j’y reviendrai sûrement ailleurs. Au lendemain de l’anniversaire de la Réformation, je voudrais méditer sur la fête. Dans notre paroisse, nous avons organisé un événement en mai autour de cet anniversaire, moment réussi tant par le fond que par la forme. Mais avons-nous fait la fête ? Que puis-je partager avec vous de mes impressions du weekend ? Le nombre de manifestations était très important : conférences, tables rondes, cultes, concerts, spectacles, stands des différents acteurs du protestantisme : impossible de voir tout ce qui m’intéressait. Ce que je rapporte, c’est la fête dans mon cœur. Joie de croiser tant de personnes que je connais, de région parisienne ou d’ailleurs, et d’échanger quelques mots, une embrassade, des nouvelles. Joie de voir sourire dans le tram, dans un magasin, une personne portant la même écharpe bleue que moi. Joie des rencontres au hasard et des discussions impromptues avec des étrangers qui sont pourtant mes frères et sœurs. Joie d’embrasser les diaconnesses de Versailles venues en nombre assister à « leur » spectacle, drôle et attendrissant. Joie d’appartenir à une confession qui sait ne pas se prendre au sérieux, petit bonhomme Luther, canard de bain Luther et caricatures à l’appui. Joie d’appartenir à une confession qui sait reconnaître ce qu’elle doit au passé tout en vivant dans le présent et tournée vers l’avenir. Plaisir aussi de retrouver les paroissiens présents pour des repas ou pour leur faire découvrir « ma » ville. Et plaisir aussi que cette joie ne soit pas celle de la gravité de nos pères réformés, mais qu’elle soit celle de la fête, avec celles et ceux qui louent le Seigneur autrement que nous mais qui eux aussi reconnaissent en Luther un de leurs pères fondateurs. Le culte du dimanche, moment d’émotion partagée, fut aussi un temps de rencontre et de fête, dans tous les sens du terme. La fête, c’est vraiment le temps hors du temps où tous se reconnaissent frères et sœurs et se réjouissent ensemble d’appartenir à l’unique Eglise de Jésus-Christ et qui fondent leur vie sur la grâce et l’amour de Dieu. Que la fête continue !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*