Vie de l'Eglise

mai 6th

méditation sur l’Eglise

Posted by with No Comments

En ce temps de Pâques, j’ai envie de vous rappeler, de me rappeler ce que nous sommes, tous ensemble, grâce à Jésus le Christ, mort et ressuscité pour nous.
Alors, replongeons-nous dans les Ecritures. Parmi les plus anciens livres du Nouveau Testament, la première épître de Paul aux Corinthiens nous enseigne deux choses qui sont toujours d’actualité.
Dès le début, dès les premières communautés chrétiennes, certains ont voulu imposer aux autres leur vision de l’Eglise, leur manière de comprendre l’Evangile. Ils ont décidé qu’ils étaient supérieurs aux autres, meilleurs, et se sont arrogé le pouvoir d’exclure leurs frères et sœurs différents. Voilà la première constante, que nous devinons grâce à la réponse de l’apôtre.

Après avoir rappelé que les différents dons proviennent du même Esprit, que tous ont reçu le même baptême et que la diversité permet un meilleur service, Paul compare l’Eglise à un corps humain dont toutes les parties sont nécessaires et également respectables. Ainsi le corps n’est pas une seule partie, mais une multitude. (1 Co 12, 14)

Nous sommes, petite communauté de Rambouillet, un des visages de l’immense Eglise du Christ. Au sein de cette Eglise bien particulière et bien éloignée de beaucoup d’autres assemblées où l’on adore pourtant le même Seigneur, nous sommes différents les uns des autres. Nous venons chacun avec nos goûts, nos aspirations, nos visions du monde, nos priorités et nous adorons ensemble de Seigneur. Nous louons Dieu le dimanche mais aussi dans chacune de nos activités paroissiales. Elles sont diverses : groupes de prière, groupes de lecture de la Bible, catéchèse, réunions d’entraide, repas et bien d’autres moments plus particuliers dans l’année. Cette diversité permet au plus grand nombre de trouver le lieu où il se sentira le mieux avec ses frères et sœurs et pour le service du Seigneur. Personne n’est contraint de participer à tout.  Chacun est invité à rejoindre l’activité qui lui convient le mieux.
La diversité est ainsi une richesse, qui a pourtant ses limites. La première tient à la taille de notre paroisse. Nous ne pouvons pas multiplier l’offre à l’infini. Il faut des personnes qui encadrent …et des participants ! Mais si l’un ou l’autre a une idée (et son mode de mise en œuvre), qu’il ou elle n’hésite pas à en discuter, à en faire part. Nous aimons les idées nouvelles !

La seconde tient à notre faiblesse humaine, et nous rejoignons là les Corinthiens. La tentation qui nous guette est de vouloir décider pour les autres, exclure les activités qui ne nous conviennent pas, critiquer le choix des activités existantes ou la manière dont elles sont mises en œuvre. C’est là que la diversité des dons est anéantie par les « pensées uniques » de chacun. Il n’y a plus diversité, il y a antagonisme, critique, division…

Nous sommes l’Eglise du Christ. C’est lui qui a appelé chacun de nous. C’est lui qui nous donne nos talents, nos dons pour que nous les mettions au service de son Eglise, c’est-à-dire au service les uns des autres.

Nous sommes l’Eglise du Christ, dans sa diversité et sa richesse. Elle évolue parce que le monde évolue. Elle évolue parce que ses membres changent, parce que les besoins changent et que nous sommes là pour apporter du sens, pour apporter de l’espérance et de l’amour.

Nous sommes l’Eglise du Christ. Il est mort pour nous. Il est mort pour que ce frère qui m’agace me soit donné ; pour que je devienne la sœur de celui ou celle qui refuse tout ce que j’aimerais lui offrir, de l’adolescent qui voudrait tant être ailleurs. Il est mort pour moi, pour eux, pour vous. Il est mort pour que notre diversité soit une richesse inextinguible. Il est ressuscité pour que nous puissions toujours nous appuyer sur lui en avançant sur ce chemin si difficile du respect de l’autre et de l’apprentissage de la différence.
Pasteur Anne Petit

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*