Vie de l'Eglise

sept 5th

Quel avenir pour notre Eglise?

Posted by with No Comments

Le synode national de l’Église protestante unie s’est tenu à Avignon du 29 mai au 1er juin. Deux grands sujets : la constitution d’une région unie « Est-Montbéliard » et les finances de notre Église.  C’est l’occasion pour chacun de comprendre et mesurer l’organisation nationale de l’Union, d’y inscrire notre paroisse et de nous demander en quoi les décisions prises par ce synode affectent notre vie locale.

Si la nouvelle région peut être un modèle pour une région unie en région parisienne, la question n’est pas d’actualité. En revanche, la vie financière de notre Union nous touche directement.

En effet, le synode national engage les Églises locales et paroisses à augmenter le nombre de familles « cotisantes »[1] parmi les familles connues. De fait, plus de 57% des familles connues ne font aucun don nominatif aux Églises.

Chaque année, notre assemblée générale vote un budget dont la ligne la plus importante (77%) concerne la contribution que notre paroisse fait aux finances régionales, et, à travers ces dernières, aux finances nationales. Le schéma ci-dessous explique clairement à quoi sont affectés les dons des paroissiens.

Cependant, quelques précisions sont de mise :

  1. Les dons des paroissiens sont les seules ressources de notre Église.

En effet, contrairement à l’Église catholique qui voit la plupart de ses locaux entretenus par les communes, nous assumons l’entière charge des locaux paroissiaux et du presbytère. Contrairement à certains pays, et au régime d’Alsace-Lorraine, les pasteurs ne sont pas payés par l’État.

Ainsi, sans vos dons, l’Église ne peut pas vivre. C’est pourquoi le synode a exprimé sa profonde gratitude envers tous les foyers qui ont choisi de la faire vivre.

  1. La contribution que nous envoyons à la région nous « revient » en grande partie.

Effectivement, la plus grande part de cette contribution (environ 60%) sert à la formation de votre futur pasteur, au salaire de votre pasteur actuel et au complément de retraite de votre ancien pasteur. Par ailleurs, une part de cette contribution nous est restituée sous la forme de services proposés par la région aux différentes paroisses (formations, informations, documentation, conseils juridiques, immobiliers….). L’Institut protestant de théologie offre ses cours (y compris des cycles ouverts à tout public) à toute personne désireuse d’approfondir ses connaissances. Les différents services nationaux de notre Église sont également au bénéfice de tous (aumôneries, service catéchèse…). Ces différents « retours », sont plus difficiles à chiffrer que le « coût » de notre pasteur mais sont bien réels. Nous ne pourrions en aucun cas assurer localement la formation des prédicateurs ou des conseillers, ni proposer des cours d’approfondissement théologique, ni trouver parmi nos paroissiens les conseils juridiques ou l’aide que fournit la commission immobilière régionale.

En conclusion, nous voulons témoigner de notre confiance : confiance en Celui qui nous unit et qui seul conduit Son Église ; confiance en vous qui, tour à tour accueillants et accueillis, aurez à cœur de continuer à vivre et faire vivre  la communion fraternelle que l’Église seule nous propose.

 

Le conseil presbytéral

 

 



[1] On appelle familles cotisantes les familles  qui donnent de manière non anonyme (chèque, virement, enveloppe portant le nom du donateur…)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*